REFLEXION DU MOIS

SEPTEMBRE 2022

" ... Maintenant, que devons-nous faire ? " (Actes 2,37)

Chers amis,

 

Après des semaines d’été bien ensoleillées et des retrouvailles en famille et/ou entre amis, voici que septembre pointe le bout de son nez avec d’autres retrouvailles : retrouvailles des collègues de travail, des camarades d’écoles, bref c’est la rentrée. Ce n’est pas seulement la rentrée scolaire et professionnelle, c’est aussi la rentrée pastorale.

 

Malgré toutes les incertitudes et les craintes que nous avons traversées ces deux dernières années, le Seigneur veut toujours que nous vivions notre chemin de foi et d’espérance avec une totale Confiance en Lui. C’est la seule et unique bonne nouvelle qui donne sens à nos vies. Ainsi, nous sommes appelés à assumer pleinement notre vocation chrétienne de manière cohérente et enthousiaste. Nous devons donc être capables de former des communautés accueillantes, vivantes et dynamiques, aptes à proposer la foi à des personnes qui ne l’ont pas et qui sont loin de l’Église. Pour ce faire, nous devons être capables de chasser de nos cœurs toutes les mauvaises conseillères que sont la peur et certaines appréhensions. Le monde entier a besoin de la Paix, de l’Amour et de la joie de vivre, et nous en tant que chrétiens, avons quelque chose à proposer, quelque chose à offrir, et nous ne pourrons proposer ou offrir cette autre chose au monde que lorsque nous oserons aller vers l’autre.

 

Beaucoup d’entre nous sont au taquet depuis des années et continuent toujours à l’être encore aujourd’hui. Ce sont là, les vraies pierres vivantes des églises de notre Unité Pastorale. Et même si certains pensent à réduire leur engagement pour des raisons bien légitimes et parfaitement compréhensibles, une autre génération doit prendre et assurer la relève. C’est la seule et unique manière de pouvoir garder notre communauté vivante et dynamique. C’est donc à vous, jeunes parents, qu’il est donné de faire parler de l’Espérance qui vous anime de manière concrète et pragmatique, autour de vous et dans nos assemblées.


Il faut s’engager, s’engager à faire quelque chose au nom de sa foi dans notre communauté ecclésiale de Watermael-Boitsfort. La démarche synodale que nous avons entamée depuis octobre dernier a été une opportunité unique en son genre ; elle nous a permis de déceler et de nommer certains problèmes, mais aussi d’exprimer des souhaits. Alors, que devons-nous faire pour que les choses changent et que nos souhaits deviennent réalité ?


Cette même question a été posée à Jean le Baptiste par les chercheurs de Dieu de son temps et voici ce que le prophète de Dieu leur donne comme réponse : « C’est à vous de produire les fruits qui expriment votre conversion (votre foi). Il ne suffit pas de dire j’ai Abraham comme père (autrement dit, il ne suffit pas de dire je suis croyant, baptisé, confirmé), mais il faut plutôt en faire preuve. » (Luc 3, 10-14).

 

Aujourd’hui, quelle preuve avons-nous à donner ? Je suis bien conscient des défis actuels dans certaines (ou même toutes les) familles : les exigences professionnelles, la nécessité de disposer de temps pour soi et pour la famille, l’aspiration logique de se rendre disponible à d’autres activités; mais quel temps accordons-nous à notre vie spirituelle et à celle de la vie de notre communauté ecclésiale ? Tout ce qui est vivant a besoin d’être nourri pour rester vivant, c’est le cas pour la vie spirituelle et pour celle d’une communauté. Notre Unité Pastorale est vivante, elle ne demande tout simplement qu’à rester en vie, alors nous devons faire ce qui est nécessaire et fondamental pour qu’elle le reste. Elle a besoin d’un peu de notre temps, d'un peu de notre talent, d'un peu de notre créativité, d'un peu de vos moyens pour son bien-être et son bon fonctionnement.


Elle a besoin d’hommes et de femmes pour accompagner nos enfants au cheminement dans la foi (catéchèse), elle a besoin d’hommes et de femmes qui veillent sur nos lieux de culte et leur entretien, d’hommes et de femmes pour accueillir et accompagner les jeunes d’entre nous qui se préparent au sacrement de mariage, de personnes attentionnées pour accueillir et accompagner les familles touchées par le deuil et celles qui sont touchées par la maladie ou le grand âge.


Ne demeurons pas cois comme des cailloux, nous sommes des pierres vivantes de l’édifice de Dieu. Faisons quelque chose pour ne pas laisser mourir la terre, pour ne pas laisser mourir le feu, pour ne pas laisser mourir notre foi (Eglise). Et si jusque-là, quelqu’un ne sait toujours pas ce qu’il peut apporter, l’Apôtre Saint Pierre nous dit ceci : « Ce que chacun de vous a reçu comme don de la grâce, mettez-le au service des autres, en bons gérants de la grâce de Dieu qui est si diverse : si quelqu’un parle, qu’il le fasse comme pour des paroles de Dieu ; celui qui assure le service, qu’il s’en acquitte comme avec la force procurée par Dieu. » (1P 4,10-11).

 

Bonne rentrée pastorale et au plaisir de vous revoir très bientôt, surtout à la messe solennelle à cette occasion, le dimanche 25 septembre à 11h, à l’église Notre-Dame du Perpétuel Secours !

 

P. Jean-Djosir (smmm) – RUP Les Cerisiers

 

Image moissonneurs.jpg