top of page

REFLEXION DU MOIS

FEVRIER 2023

depositphotos_41736169-stock-photo-image-of-scales.jpg

La Paix intérieure

       Aujourd’hui, comme hier, l’entourage des gens est celui de conflits entre les individus et de guerres entre les nations. Mais quand Jésus est né, les anges ont chanté l’hymne de la paix : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre ». Le Christ nous a fait un dépôt précieux avant de quitter ce monde. Il a dit à ses disciples, lors de la Cène mystique : « Je vous laisse la paix, c’est ma paix que je vous donne ; je ne vous la donne pas comme le monde la donne, que votre cœur ne se trouble, ni ne s’effraie » (Jean 14, 27). La paix du monde est basée sur l’absence de guerres entre les peuples. Cette paix ne dure pas pour toujours, elle peut être ébranlée par le premier problème. Mais la paix du Christ est une paix intérieure, fondée sur l’amour et la miséricorde, la vérité et la justice, et elle dure pour toujours.

 

       La paix en nous commence par la paix avec Dieu. Cette paix nous a d’abord été donnée par le Christ, à travers sa vie et ses enseignements. Jésus a clairement dit que Dieu est un Père et qu’il nous aime à l’image d’un père de famille qui aime ses enfants. C’est le nom de Dieu qu’il nous a montré : « j’ai manifesté ton nom aux hommes que tu as tirés du monde pour me les donner » (Jean 17,6). Ce nom révélé est le nom de « Père », comme on nous apprend à prier : « Notre Père… ». Un Père qui accorde sa grâce à tous ses enfants : « il fait lever son soleil sur les méchants et les bons, et sa pluie sur les justes et les injustes » (Matthieu 5, 45). Un Père qui pardonne aux pécheurs leurs chutes et se réjouit de leurs retours à lui (fils prodigue - Luc 15, 11-32).

 

       Qu’est-ce qui fait vivre l’homme dans l’inquiétude ? C’est la peur du jugement. Le croyant sait qu’il est un pécheur, mais par la foi, il se rend compte que Dieu lui a pardonné par Jésus. Par cette rédemption, Jésus nous a réconciliés avec Dieu et les peuples se réconcilient les uns avec les autres. Nous pouvons vivre de cet acte de réconciliation, en paix avec nous-mêmes et en même temps avec toutes les personnes avec lesquelles le Christ nous a réconciliés. Seule une personne qui obtient la paix intérieure peut répandre la paix parmi les autres.

 

       La question que nous nous posons souvent est la suivante : comment pouvons-nous rester en paix intérieure au milieu des difficultés qui nous parviennent de l’extérieur ? En fait, le problème n’est pas les difficultés qui parviennent de l’extérieur, mais la façon dont nous percevons ces difficultés. Les gens ne vivent pas dans les difficultés et ne perdent pas leur paix intérieure, à cause des événements, mais à cause de leur perception de ces événements. Ainsi sont vraies les paroles de saint Jean Chrysostome : « à qui ne se nuit pas à lui-même, nul ne peut nuire » (Œuvres complètes, Tome IV, p. 347 – 352). Ils tombent sur des difficultés hors de leur contrôle : la santé, l’argent et le regard des gens sur soi. Ces difficultés ne peuvent nous affecter que si nous leur permettons de nous influencer et de nous dominer.

 

       Le Fils de Dieu s’est incarné pour faire de nous les enfants adoptifs de Dieu. Ainsi, nous devenons « participants de la divine nature » (2 Pierre 1, 4). Ce nouvel état de foi, qui se manifestera à nous dans la vie éternelle avec Dieu après la mort, nous maintient dans la paix intérieure, peu importe à quel point nous sommes en difficulté dans notre vie.

 

P. Marwan Atallah, co-responsable UP “Les Cerisiers”.

bottom of page