REFLEXION DU MOIS

JUIN 2021

 

 

 

 

Juin, mois du Cœur sacré 

 

"Parce que Dieu y a répandu tout son Amour..." (Rm 5,5)


Si le cœur désigne cet organe physique et vital, son champ sémantique de métaphores est très élargi et très dense. Dans beaucoup de civilisations du monde (si pas toutes), cet organe vital est généralement associé à ce qu’il y a de plus profond et de plus intime : c’est l’être intérieur. Le cœur est très souvent considéré comme la représentation parfaite de l’amour tendre et infini. C’est d’ailleurs dans cette perspective que la plupart des rédacteurs des textes bibliques vont briller par l’usage de cette métaphore, pour exprimer la profondeur insondable de l’amour de Dieu et de son attachement inconditionnel à l’œuvre de sa création. Il est question d’Alliance, une Alliance scellée à jamais nous dira le prophète Jérémie : «… Voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël: Après ces jours-là, dit l'Éternel, Je mettrai ma loi au plus profond d'eux, Je l'écrirai dans leur cœur; Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple » (cf. Jr 31, 33).
 

Peuple de Dieu, nous le sommes, nous dira Saint Paul dans sa deuxième lettre aux Corinthiens. Et nous le sommes bien évidemment parce que Dieu, notre Dieu « nous a marqués de son sceau, il a mis dans nos cœurs les arrhes de son Esprit » (cf. 2 Cor 1, 22). C’est cet Esprit de Dieu qui agit en nous, qui va révéler à la jeune religieuse Marguerite-Marie Alacoque, que l’amour de Dieu se célèbre ; d’où l’approbation et l’instauration en 1765, de la fête du Sacré-Cœur, par la voix du Pape Clément XIII. Selon le calendrier liturgique de l’Église, cette solennité est célébrée généralement au mois de juin, toujours le troisième vendredi après la fête de la Pentecôte (le 11 juin, cette année). Par la fête du Sacré-Cœur et en ce mois de juin qui lui est dédié, l’Église nous invite à méditer profondément le mystère de l’Amour divin. Et pour y arriver, il nous faut faire une halte, comme nous le faisons très régulièrement pendant nos temps de vacances pour admirer, contempler et découvrir les choses nouvelles qui attirent notre curiosité. Et la chose toujours nouvelle et qui ne cessera jamais de l’être, c’est l’Amour divin.
 

La fête du Sacré-Cœur de Jésus est là pour nous inviter à prendre du temps avec Dieu pour explorer et découvrir les recoins et les merveilles en nous qui sont inexplorées. La fête du Sacré-Cœur de Jésus, c’est la fête du vrai soleil d’été qui égaie la vie de l’être humain. Le vrai bonheur, la paix véritable ne réside pas aux sommets, ni au fond des mers, ils sont plutôt en nous, enfouis dans nos cœurs, il faut juste se donner la peine de s’arrêter un peu. Et pour faire l’expérience de l’efficacité de l’Esprit de Dieu qui agit en nous, il faut se donner. Quand on se donne, l’Esprit de Dieu répandu dans nos cœurs sait nous apporter la consolation nécessaire dans les moments de souffrance, Il sait nous donner le courage qu’il faut pendant les moments d’affliction, l’Esprit divin sait mieux comment nous fortifier dans les moments des épreuves. Seul l’Esprit de Dieu en nos cœurs, peut transformer nos difficultés quotidiennes en occasion de redécouverte de l’essentiel. Le mois de juin nous est donné pour faire une petite halte, une petite halte pour se donner du bonheur; et le vrai bonheur réside dans la (re)découverte de l’essentiel qui n’est nulle part ailleurs que dans notre cœur, surtout si nous mettons un peu du sacré au cœur de tout.

P. Jean-Djosir D.

Adoration du St-Sacrement 2 (recadrée).j